IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

GitHub suspend les comptes de développeurs russes travaillant dans des entreprises sur la liste des sanctions du gouvernement américain
En représailles à l'invasion russe en cours en Ukraine

Le , par Patrick Ruiz

27PARTAGES

15  0 
Des développeurs de logiciels russes signalent que leurs comptes GitHub sont suspendus sans avertissement. Motif : ils travaillent ou ont travaillé pour des entreprises qui apparaissent sur la liste des sanctions du gouvernement américain en représailles à l’invasion russe en cours en Ukraine. La situation ravive le débat sur la question de savoir s’il faut bloquer l’accès des Russes aux logiciels open source. Le mouvement open source doit-il souffrir des politiques des pays ?

Les comptes GitHub de Sberbank Technology, Sberbank AI Lab et Alfa Bank Laboratory vu leurs dépôts de code désactivés dans un premier temps. À date, ils ont fait l’objet de retrait de la plateforme d’hébergement et de gestion de codes sources. Ce n’est pas une surprise si l'on considère que ces entreprises ont été sanctionnées par le Trésor américain la semaine dernière et que Microsoft possède GitHub, une entreprise américaine. C’est la suspension des comptes privés de dizaines d'individus qui n'hébergent aucun contenu lié à une quelconque entité sanctionnée qui l’est.



Les signalements sont issus de tiers qui ont travaillé pour des entreprises qui apparaissent sur la liste des sanctions du gouvernement américain en représailles à l’opération militaire russe en Ukraine.


Les comptes personnels suspendus sur GitHub ont leur contenu effacé et tous les dépôts deviennent immédiatement inaccessibles. Les développeurs suspendus reçoivent un courriel qui leur explique que les motifs de la suspension et contient un lien pour les tiers désireux de faire appel contre la suspension.


Des observateurs sont d’avis que de telles postures mettent à mal l’esprit open source qui prône la liberté d’accès à l’information sans discrimination : « Oui, il est mal d’envisager de limiter l’accès à la radio "publique". Si vous souhaitez rendre les médias "publics", alors gardez-les publics. Soutenez la liberté d'accès à l'information. Si vous souhaitez faire une radio privée, c'est bien, car cela signifie par défaut qu'elle est confidentielle, privée. Pas pour tout le monde. »

C’est en lien avec cet état de choses qu’un responsable de Huawei a déclaré : « Si la Chine ne dispose pas de sa propre communauté open source pour maintenir et gérer les projets, notre industrie nationale du logiciel sera très vulnérable à des facteurs incontrôlables. » L’intervention de Wang Chenglu pointait du doigt les sanctions à répétition des autorités américaines. La Chine s’appuie donc sur Gitee – son alternative à GitHub pour apporter réponse à la mainmise américaine.

L’officialisation de Gitee a un bon côté : elle vient créer de la concurrence dans un secteur des services en ligne dominé par les plateformes US. Elle n’échappe cependant pas à la dualité, la Chine étant connue comme le pays où la fiction Big Brother de 1984 tend à devenir réalité. Avec ses 10 millions de dépôts, les autorités chinoises positionnent déjà Gitee comme deuxième plus grosse plateforme d’hébergement et de gestion de projets logiciels open source. Les murs ne cessent de s’élever de part et d’autre et avec eux le risque que l’on s’achemine de plus en plus vers la fin du rêve d’Internet : communication sans frontières et connaissance pour tous.

Et vous ?

L’open source doit-il souffrir des politiques des pays ? Est-il possible qu’il en soit autrement ?

Voir aussi :

La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché comme l'ont fait les USA avec Huawei
Voici 6 raisons pour lesquelles Huawei donne aux États-Unis et à ses alliés des cauchemars en matière de sécurité informatique
Google met en garde la Maison Blanche contre le bannissement de Huawei : un fork d'Android est un risque de sécurité pour les USA
Des preuves indirectes culpabiliseraient Huawei dans le bras de fer qui l'oppose aux USA, le géant chinois mériterait-il de perdre son empire ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 9:15
communication sans frontières et connaissance pour tous.
Cette mesure sens plus l'opportunisme de pourrir la vie de gens en Russie que d'avoir quelque chose avec la guerre.

En revanche l'utopie selon la quelle on devrait pouvoir partager n'importe quel type de connaissance est évidemment dangereuse :
  • arme à feu imprimé en 3D
  • programme de visée tactique pour missile
  • comment faire un missile
  • bombe nucléaire ?
  • etc


Que tout le monde puisse lire/écrire partager ses passions sur internet est évidemment intéressant, mais non, il y a des savoirs qui sont bien mieux à être régulé. Même si vous n'êtes pas satisfait de ce qui se passe aujourd'hui, il pourrait y avoir bien pire.

Alors oui, on peut dire que le gars qui a imprimé une arme 3D et tué sa femme ou son voisin sera puni par la loi, mais ça tiens largement plus du lot de consolation qu'autre chose pour les proches des victimes.
1  1