IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Faut-il sevrer les Russes de logiciels libres ? Canonical met fin à ses partenariats de support, de services professionnels et de distribution avec des entreprises russes
Et ravive le débat

Le , par Patrick Ruiz

27PARTAGES

16  0 
La question est sur la table dans le contexte de l’opération militaire russe en Ukraine : faut-il sevrer les Russes de logiciels libres et open source ? Des appels au sevrage des Russes de contenus libres et open source se multiplient. La tendance prend un coup de neuf avec Canonical qui met un terme à ses partenariat de support, de services professionnels et de distribution avec des entreprises russes en représailles à l’opération militaire russe en Ukraine. Que devient l’esprit open source qui prône la liberté d’accès à l’information ? Quid de la responsabilité desdites plateformes ?

« En réponse à l'invasion russe et aux actes de guerre en Ukraine, Canonical a envoyé un avis de résiliation des partenariats de support, de services professionnels et de distribution avec les entreprises russes. Nous ne reprendrons pas ces engagements tant que des sanctions étendues et démocratiquement instituées contre la Russie resteront en place.

Nous ne restreindrons pas l'accès aux correctifs de sécurité pour les utilisateurs d'Ubuntu en Russie - les plateformes de logiciels libres comme Ubuntu, les technologies VPN et Tor sont importantes pour ceux qui recherchent des informations et un dialogue hors du contrôle de l'État. Nous dirigerons tout revenu d'abonnement russe pour cette maintenance vers des causes humanitaires ukrainiennes.

Nous soutenons activement tous nos collègues touchés par cette guerre afin d'assurer au maximum leur sécurité financière, émotionnelle et physique. Nous soutenons également nos collègues du monde entier qui se sont joints à l'effort pour aider et héberger les victimes et les réfugiés.

En tant qu'entreprise et communauté, nous sommes consternés par les pertes de vie insensées et la destruction des biens et du patrimoine en cours en Ukraine », écrit Canonical.

La manœuvre fait suite à des positionnements similaires d’entreprises comme GitHub sur la question de l’opération militaire russe en Ukraine : « La vision de GitHub est d'être le foyer de tous les développeurs, quel que soit leur lieu de résidence. Nous prenons au sérieux nos obligations relatives aux mandats gouvernementaux, ce qui inclut le respect de nouveaux contrôles stricts des exportations visant à restreindre sévèrement l'accès de la Russie aux technologies et autres articles nécessaires au maintien de ses capacités militaires agressives.

Nous prenons également au sérieux notre responsabilité d'examiner les mandats gouvernementaux de manière approfondie afin de nous assurer que les utilisateurs et les clients ne sont pas affectés au-delà de la portée des mandats. Cela inclut la protection de la collaboration ouverte et de la libre circulation de l'information dans notre communauté interconnectée pour soutenir les communications, le travail humanitaire et l'organisation du changement. Vous pouvez en savoir plus sur nos politiques sur GitHub Docs. »

C’est un positionnement qui peut trouver un justificatif dans une sortie de Bradley Kuhn du Software Freedom Conservancy : « Toutes les licences de logiciels libres existantes permettent une distribution capricieuse ; la liberté logicielle garantit le droit de refuser de distribuer de nouvelles versions du logiciel. »

Certains développeurs sont néanmoins d’avis que de telles postures mettent à mal l’esprit open source qui prône la liberté d’accès à l’information sans discrimination : « Oui, il est mal d’envisager de limiter l’accès à la radio "publique". Si vous souhaitez rendre les médias "publics", alors gardez-les publics. Soutenez la liberté d'accès à l'information. Si vous souhaitez faire une radio privée, c'est bien, car cela signifie par défaut qu'elle est confidentielle, privée. Pas pour tout le monde. »


C’est en lien avec cet état de choses qu’un responsable de Huawei a déclaré : « Si la Chine ne dispose pas de sa propre communauté open source pour maintenir et gérer les projets, notre industrie nationale du logiciel sera très vulnérable à des facteurs incontrôlables. » L’intervention de Wang Chenglu pointait du doigt les sanctions à répétition des autorités américaines. Sur le seul cas GitHub, on peut remonter à l’année 2019 pour entamer une illustration de ce qui constitue les craintes des autorités chinoises.

L'un des signalements (qui a fait surface en juillet 2019) d’un utilisateur du service web d’hébergement et de gestion de logiciels touche en premier à ceux qui font usage de GameHub sous Linux. L’application sert à centraliser dans une bibliothèque tous les jeux en provenance de Steam, GoG, Humble Bundle, Humble Trove ainsi que les jeux installés de manière indépendante en local. Grâce à GameHub, il est possible de voir d’un seul coup d’œil, mais aussi de télécharger, installer, désinstaller et lancer ses jeux, mais aussi les bonus ou les DLC en provenance de GoG.

« Mon compte a été bloqué en raison des sanctions américaines car je vis en Crimée. Je pourrais ne plus être capable de maintenir GameHub dans le futur », rapportait-il dans un ticket ouvert sur la plateforme.



Le cas GameHub s’inscrivait dans la même vague que celui d’Ahmed Saeedi Fard – un développeur iranien présent sur la plateforme depuis 2012. Ce dernier avait reçu un courriel des gestionnaires de la plateforme pour lui notifier un blocage de son compte en raison des sanctions américaines :

« GitHub était une plateforme libre pour tous depuis de nombreuses années, mais elle a décidé de bloquer les comptes iraniens. Je pense qu'être d'un pays donné n'est pas un choix qu'on fait, mais être un développeur et contribuer à la communauté open source l'est. GitHub nous interdit notre liberté de contribuer et de faire partie de l'écosystème open source parce que nous vivons en Iran.

GitHub a bloqué nos dépôts privés sans aucune notification préalable et maintenant nous n'avons pas accès aux codes. Vous ne devriez pas juger les gens en fonction de leur pays d'origine. Vous pouvez restreindre un gouvernement, mais vous ne devriez pas interdire vos utilisateurs actifs et loyaux sans aucun avertissement.

Je pense qu'avoir une simple page GitHub est un droit fondamental pour les utilisateurs. Ne nous mettez pas en dehors de la communauté open source. »

La Chine a apporté réponse à cette tendance (les sanctions américaines ) qui a cours dans la sphère de l’open source en procédant à l’officialisation de Gitee – son alternative à GitHub. La manoeuvre a un bon côté : elle vient créer de la concurrence dans un secteur des services en ligne dominé par les plateformes US. Elle n’échappe cependant pas à la dualité, la Chine étant connue comme le pays où la fiction Big Brother de 1984 tend à devenir réalité. Avec ses 10 millions de dépôts, les autorités chinoises positionnent déjà Gitee comme deuxième plus grosse plateforme d’hébergement et de gestion de projets logiciels open source. Les murs ne cessent de s’élever de part et d’autre et avec eux le risque que l’on s’achemine de plus en plus vers la fin du rêve d’Internet : communication sans frontières et connaissance pour tous.

Source : Canonical

Et vous ?

L’open source doit-il souffrir des politiques des pays ? Est-il possible qu’il en soit autrement ?

Voir aussi :

La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché comme l'ont fait les USA avec Huawei
Voici 6 raisons pour lesquelles Huawei donne aux États-Unis et à ses alliés des cauchemars en matière de sécurité informatique
Google met en garde la Maison Blanche contre le bannissement de Huawei : un fork d'Android est un risque de sécurité pour les USA
Des preuves indirectes culpabiliseraient Huawei dans le bras de fer qui l'oppose aux USA, le géant chinois mériterait-il de perdre son empire ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Se7h22
Membre averti https://www.developpez.com
Le 11/04/2022 à 19:34
Je comprend pas ceux qui prône à couper tous les ponts avec la Russie… Vous êtes conscient que ça à l'effet inverse ?

Car les isoler au maximum renforce juste leur autonomie, et leur collaboration avec la Chine. Donc ça ne fait que les renforcer.

Et du point de vue de l'Europe, cela nous coupe de beaucoup de ressources et services qui vont nous coûter bien plus chère, en plus d'être plus polluant (pour le gaz US, etc.).

Ce n'est pas en faisant en sorte qu'ils n'existent plus, qu'ils n'existeront plus 🙈🙉🙊
10  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 11/04/2022 à 17:18
Lorsque le logiciel libre servent à certains pour tuer, alors il est normal, et de la responsabilité de chacun, que ces sources ne soient plus disponible, sinon l'humanité même, serait en danger.
0  11