IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google éjecte une application open source de sa boutique d'application au motif de ce qu'elle pointe vers le site web du projet
Destiné à animer une campagne de levée de fonds

Le , par Patrick Ruiz

36PARTAGES

6  0 
Le pouvoir exact que les propriétaires de magasins d'applications devraient avoir sur les développeurs est une question controversée ces derniers temps. La question prend un coup de neuf avec le cas de l’application Language Transfer dédiée à l’apprentissage de langues. Google a procédé à son éjection de sa boutique d’applications. Motif : l’application pointe vers le site Web du projet dédié à animer une campagne de collecte de fonds. Elle est déjà de retour sur l’App Store après mise en conformité par l’éditeur.

« Lors de notre première publication, l'application a été rejetée parce que nous avions un lien vers la page Patreon de Language Transfer. Comme il s'agissait d'une façon de solliciter des fonds (pour notre projet gratuit et open source) qui ne donnait pas à Google une part de 15%, cela n'a pas été autorisé. C'est dommage, car Language Transfer a toujours fonctionné entièrement grâce aux dons même avant l'existence d'une application mobile. L'application mobile est devenue notre meilleur moyen de diffuser ces cours de langues dans le monde et elle n'est pas autorisée à être liée à notre plateforme de collecte de fonds. L'application n'offre pas de fonctionnalités spéciales aux personnes qui font un don ; c'est juste un moyen de soutenir le projet. Google fait une exception pour les organismes à but non lucratif exonérés d'impôts, mais Language Transfer est un petit projet géré par un seul homme. Google veut une part si nous voulons permettre aux gens de faire des dons », précise l’éditeur de l’application.


L’éditeur de l’application a dû procéder à une mise en conformité de l’application : « Un employé de Google a examiné cette application, a visité le site Web dédié, a fait défiler la page jusqu'en bas et a cliqué deux fois pour trouver un moyen de contribuer au financement du projet. Notre application n'est pas autorisée à établir un lien vers la page d'accueil du site Web du projet, à moins que nous ne supprimions complètement la possibilité pour nos utilisateurs de découvrir un moyen de nous donner de l'argent. »

« Pour apaiser Google, nous avons remplacé ces liens par des liens vers le site Web de Language Transfer afin que les utilisateurs puissent en savoir plus sur le projet eux-mêmes. Il n'y a plus de texte dans l'application concernant la contribution ou les dons au projet. Google a accepté cette version de l'application sur le Play Store, et (environ un an plus tard) elle est maintenant sur environ 50 000 appareils », ajoute l’éditeur.


Les plateformes en ligne les plus populaires au monde et les app stores qui en régissent l'accès sont devenus une passerelle essentielle pour les consommateurs de produits et services numériques du monde entier. Si elles peuvent être bénéfiques lorsqu'elles sont exploitées de manière équitable, elles peuvent également être utilisées par les propriétaires de plateformes pour nuire aux développeurs et aux consommateurs. C’est pour cette raison que des éditeurs comme Epic, Spotify ou autres Tinder ont mis sur pied une coalition. Objectif : défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur les diverses boutiques d’applications.

Ils demandent que leur soient accordés les droits suivants :

  • aucun développeur ne devrait être tenu d'utiliser exclusivement un app store ni de recourir aux services auxiliaires du propriétaire de l'app store y compris les systèmes de paiement ou d'accepter d'autres obligations supplémentaires pour avoir accès à l'App Store ;
  • aucun développeur ne doit être banni de la plateforme ou faire l'objet d'une discrimination fondée sur le modèle commercial d'un développeur, la manière dont il fournit le contenu et les services, ou s'il est en concurrence d'une quelconque manière avec le propriétaire de l'App Store ;
  • chaque développeur devrait disposer en temps utile des mêmes interfaces d'interopérabilité et informations techniques que le propriétaire de l'App Store met à la disposition de ses propres développeurs ;
  • chaque développeur devrait toujours avoir accès aux magasins d'applications tant que son application répond à des normes équitables, objectives et non discriminatoires en matière de sécurité, de confidentialité, de qualité, de contenu et de sécurité numérique ;
  • les données d'un développeur ne doivent pas être utilisées pour le concurrencer ;
  • tout développeur devrait toujours avoir le droit de communiquer directement avec ses utilisateurs par le biais de son application à des fins commerciales légitimes ;
  • aucun propriétaire d'App Store ne doit s'engager dans la publicité de ses propres applications ou services, ou interférer avec le choix des préférences ou des défauts des utilisateurs ;
  • aucun développeur ne devrait être tenu de payer des frais ou des parts de revenus injustes, déraisonnables ou discriminatoires, ni de vendre au sein de son application ce qu'il ne souhaite pas vendre, comme condition d'accès à l'App Store ;
  • aucun propriétaire d'App Store ne doit interdire à des tiers de proposer des boutiques d'applications concurrentes sur sa plateforme, ni décourager les développeurs ou les consommateurs de les utiliser ;
  • tous les App Stores seront transparents en ce qui concerne leurs règles et politiques et leurs possibilités de promotion et de commercialisation, les appliqueront de manière cohérente et objective, notifieront les changements et mettront à disposition une procédure rapide, simple et équitable pour résoudre les litiges.

Les initiatives visant à réduire l'hégémonie des géants technologiques américains sur le marché des applications mobiles se multiplient. L’une des plus récentes est que des sénateurs US ont présenté un projet de loi antitrust visant à promouvoir la concurrence entre les magasins d’application.

Sources : LT

Et vous ?

Que pensez-vous des règles sur l'app store de Google ? Que pensez-vous de celles en vigueur chez les autres géants technologiques ?
Quel commentaire faites-vous des dix exigences formulées par la coalition ? Quelles sont celles qui ne vous paraissent pas équitables pour chacune des parties (propriétaires de boutiques d’applications et développeurs) ?

Voir aussi :

Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3 milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/08/2021 à 15:04
Ils ont eu de la chance, y a qui se font bannir à vie.

Question : comment ils font pour bannir à vie ? il suffit de refaire un autre compte gmail non ? ou ils utilisent l'adresse IP pour bannir ?
0  1