IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La filière open source souffre-t-elle du problème du travail gratuit ? Les développeurs estiment qu'ils doivent percevoir une rémunération pour leurs contributions
D'après un sondage de Digital Ocean

Le , par Patrick Ruiz

49PARTAGES

14  0 
Open source … l’expression est vieille de plus de vingt ans désormais. Le mouvement a désormais pénétré la quasi-totalité des domaines de l’informatique. Pourtant, il continue de traîner l’un de ses principaux maux : la rémunération de ses intervenants. Open source semble être devenu synonyme de travail gratuit. Un récent sondage de Digital Ocean l’illustre. Il indique que les développeurs estiment qu’ils doivent percevoir une rémunération pour leurs contributions, et ce, des grosses entreprises technologiques en premier.

Le sondage s’appuie sur les retours de 4440 développeurs participant aux projets open source et issus d’Amérique du Nord, d’Europe et de la région Asie-Pacifique. Plus de la moitié des répondants estiment que les participants devraient être payés pour contribuer aux projets open source (54 %), tandis qu'environ un tiers restent indécis. Seuls 12 % des répondants sont contre le fait de payer les individus pour leurs contributions.



En ce qui concerne la question de savoir qui doit être payé, le rapport met une division entre répondants en lumière. 35 % pensent que les mainteneurs doivent être rémunérés, 30 % préconisent que les contributeurs soient rémunérés et 25 % sont d'avis que les auteurs doivent être rémunérés pour leur travail. Il est intéressant de noter que les jeunes générations sont beaucoup plus favorables au paiement des contributions à l'open source que certains de leurs pairs plus âgés. 60 % des répondants âgés de 18 à 24 ans pensent que les individus devraient être rémunérés pour leurs contributions à l'open source, alors que seulement 53 % des 25 à 34 ans, 51 % des 35 à 44 ans, 42 % des 45 à 54 ans et seulement 34 % des plus de 55 ans sont d'accord.



Les répondants ont également été interrogés sur la question de savoir qui devrait financer ces paiements. Environ la moitié des répondants pensent que les entreprises technologiques devraient financer le paiement des contributions à l'open source, tandis qu'un quart pensent que les propriétaires de projets ou les particuliers devraient payer.

Dans une sphère alimentée par les dons qui permettent de dégager le « salaire » des mainteneurs, Andre Staltz note que « la plupart [80 %] des projets open source considérés comme durables reçoivent en fait un revenu inférieur aux normes de l'industrie ou même inférieur au seuil de pauvreté. » Dans les chiffres, le créateur du réseau social Manyverse passait en revue les 58 projets les plus populaires de la plateforme OpenCollective – un choix qu’il justifie par la disponibilité des données financières des projets qui y sont listés.

« Plus de 50 % des projets sont marqués en rouge : il s'agit de ceux qui ne peuvent pas apporter le soutien nécessaire à leurs mainteneurs en dessous du seuil de pauvreté. 31 % des projets sont marqués en orange et se composent de développeurs prêts à travailler pour un salaire qui serait considéré comme inacceptable dans notre industrie. 12 % sont marqués en vert et seulement 3 % sont marqués en bleu : Webpack et Vue.js. Le revenu par étoile GitHub est important : les projets durables ont généralement plus de 2 $ par étoile. Cependant, la valeur médiane est de 1,22 $ par étoile. La taille de l'équipe est également importante pour la durabilité : plus l'équipe est petite, plus elle a de possibilités de soutenir ses mainteneurs. Le don médian par année est de 217 $, ce qui est substantiel lorsqu'on fait une analyse du point de vue individuel, mais en réalité, cela inclut le parrainage d'entreprises qui le font aussi pour leurs propres besoins de marketing », ajoute-t-il en s’aidant de statistiques 2019 de GitHub et OpenCollective.

Staltz est d’avis que l’un des problèmes avec l’open source est que « ces projets sur lesquels plusieurs entreprises s’appuient ont besoin de dons et n’en reçoivent pas assez. » « 2,5 millions de dollars par an pour tous ces projets [ceux de son enquête] ce n’est pas assez. Ce n’est pas le modèle de financement par dons qui fait problème, mais bien cette culture d’entreprise qui consiste à s’inspirer de l’open source beaucoup plus qu’elle ne lui apporte. Le partage est l'essence même de l'open source. Ce n'est pas seulement une question d'argent. Il s'agit pour tous les intervenants de garder à l'esprit qu'il faut des contributions logicielles, de la documentation, etc. En tous cas, je crois en ce modèle. », ajoute-t-il.

« Dès le départ, il faut lancer le projet sous une licence copyleft forte. Il faut ensuite entamer une campagne de financement participatif pour transformer la licence du projet en une autre plus permissive une fois qu'un financement suffisant est disponible », suggère-t-il en guise de modèle de financement de projet open source.


Bien que la participation globale à l'open source ait diminué en 2020 selon le sondage de Digital Ocean, 63 % de ceux qui ont participé activement signalent une augmentation de leur activité. Cela est dû à trois facteurs : 29 % disent avoir eu plus de temps libre, 28 % veulent utiliser ce temps pour apprendre et 15 % sont catégoriques quant à leur contribution à une cause qui leur tient à cœur.

Les personnes interrogées font également état d'une plus grande attention portée à la santé mentale, à l'intégration, à la création de réseaux pour aider les autres à trouver un nouvel emploi et au mentorat pour aider les autres à apprendre.

Si 59 % des personnes interrogées estiment que la communauté open source est ouverte à tous, quels que soient leur profil démographique, leur niveau d'expérience et leur lieu de résidence, les femmes (46 %) et les personnes non binaires (42 %) sont moins nombreuses que les hommes (62 %) à penser que cela est vrai.

Source : Digital Ocean

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre le fait de payer les individus pour leurs contributions open source ?
Qui doit financer le paiement des contributions à l’open source ? Les grosses entreprises technologiques ? Les propriétaires desdits projets ? Les utilisateurs ?
Quel est le modèle de financement le plus approprié pour la filière open source ?

Voir aussi :

Emploi : l'open source est un domaine porteur, mais les talents restent une denrée rare, révèle l'Open Source Jobs Report de 2016

Quelles sont les entreprises qui contribuent le plus aux projets open source ? Microsoft positionné en tête sur GitHub

Europe : l'open source va-t-il être exclu des standards pour le Marché Numérique Unique ? L'UE penche vers le modèle de licence FRAND

L'Open Source peut-il avoir la priorité dans les entreprises françaises ? L'équipe IT de Société Générale veut gagner ce pari

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gabriel21
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 8:28
Pas étonnant.

L'"open source" est une pure invention du capitalisme qui détourne et adapte à son profit la notion de Free Software. Il y a aujourd'hui une confusion entre les deux auprès de la nouvelle génération. Confussion exploité par de nombreux logiciel propriétaire dont la base est open source mais dont les fonctionnalités réellement intéressantes sont payantes. Du coup , la société profite de contributeurs extérieurs qui font l'entretien des fonctionnalités de bases et eux ne font que celles propriétaire. Souvant d'ailleurs, ils utilisent une licence non reconnue par la FSF (Free Software Fondation). Dans cette situation, effectivement les contributeurs devraient être rémunérés.

Par contre dans le Free Software, le bénévolat est le ciment de ce système. Chacun apporte sa contribution pour le bien de tous: développeur, mainteneur, documentalistes, aide sur forum et tous les autres que j'oublie. La communauté fait vivre ou non un projet. Des centaines de projets sont lancés tous les ans et autant meurent chaque année. Certains fusionnent, d'autres se séparent. Parfois le nouveau projet éclipse l'ancien, voir le tue. Bref c'est vivant. Un seul mot d'ordre Liberté.

Je penses que dans les années qui viennent, il y aura une grande cassure entre les deux modèles dont l'un pourrait disparaître
11  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 10:34
Je pense qu'il faut différencier 2 cas de figure :

1- Le développeur qui propose une logiciel/lib open source et qui n'arrive pas à le/la monétiser malgré un succès flagrant. Le "buy me a beer" est bien gentil mais en entreprise il est souvent plus facile de payer une licence que de "contribuer" financièrement à un projet. Et pour beaucoup (moi le premier) c'est bien pratique de pouvoir utiliser un bout de code OS sans avoir à mettre en branle toute l'administration pour sortir 10 balles

2- Le contributeur à un projet OS . Là, de mon avis, tu sais dans quoi tu t'engages. Le paiement se fait via l'expérience acquise , la reconnaissance de ses pairs ou la fierté d'avoir participé d'une manière ou d'une autre. A aucun moment j'ai contribué à des projets dans l'espoir de gagner quoi que ce soit , au mieux ca sert mes intérêts car je fais progresser le code que j'utilise dans mes propres projets.
6  0 
Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 13:30
Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
de nombreux logiciel propriétaire dont la base est open source mais dont les fonctionnalités réellement intéressantes sont payantes
Lesquels par exemple ?

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Par contre dans le Free Software, le bénévolat est le ciment de ce système.
Pas du tout. Le "Free", c'est pour "libre" et non pour "gratuit". Le site de GNU est clair là dessus :
« Logiciel libre » ne veut pas dire « logiciel non commercial ». Au contraire, un programme libre doit être utilisable, développable et distribuable dans un cadre commercial. Cette règle est d'importance primordiale. Sans elle, le logiciel libre ne pourrait pas atteindre son objectif. https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

A mon avis, le vrai problème, c'est que certains développeurs n'ont toujours pas compris que pour vivre d'un logiciel, il ne suffit de pas de coder, il faut aussi un modèle économique. Et c'est valable aussi pour du logiciel proprio.

Quant au sondage, quand on pose une question qui se résume à "Pensez-vous que vous devriez être mieux payé ?", on se doute bien de la réponse...
4  1 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 08/02/2021 à 17:17
Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
... Confussion exploité par de nombreux logiciel propriétaire dont la base est open source mais dont les fonctionnalités réellement intéressantes sont payantes...
Un petit exemple est l'ETL Talend qui est un piège à con... Il est en effet "gratuit" mais bridé. Par exemple pas de parallélisme. Tant que tu gère ta cave à vin, c'est pas gênant.... Mais dans le monde de l'entreprise, c'est catastrophique.... Un jour je tombe sur une entreprise qui avait décidé d'utiliser TALEND pour gérer toutes ses EDI notamment des bases de données relationnelles vers un datawarehouse. Les bases de données étant toutes sous SQL Server... Arriva ce qui arriva. Le système était devenu si lent qu'il fallait faire quelques chose... Un audit fut entreprise et montra :
1) qu'il fallait passer à la version Enterprise de Talend (coût plusieurs centaines de milliers d'euros)
2) mais qu'ils auraient pu utiliser SSIS, l'ETL intégré de SQL Server sans aucun coût supplémentaire (intégré dans la licence SQL Server), et qui est l'un des plus puissant au monde

Moralité, le responsable BI qui avait fait ce choix a été largué !

A +
3  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 18:30
Le système est déjà pas mal comme il est.

Il ne faut pas croire que les contributeurs à l'Open-Source ne sont pas payé. Il est vrai que les contributeurs occasionnel ne le sont pas, mais généralement ils finissent par trouver un travail et leur CV de contributeur les aide (s'il ne sont pas directement embaucher par la société éditrice du logiciel Open-Source).

Il ne faut pas que les entreprises se sentent obliger de rémunérer les projets Open-Source qu'elles utilisent. Elles peuvent faire autre chose : donner en Open-Source des contributions (ou un logiciel). Elles peuvent aussi acheter les services d'une société éditrice de logiciels libre (MariaDB ou Red-Hat pour ne prendre que les plus célèbre).
2  0 
Avatar de gabriel21
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 14:17
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Lesquels par exemple ?
Si cela me revient, je t'en donnerais. C'est souvent des logiciels serveurs qui ressemblent plus à des versions d'évaluation. J'avoue que comme je les fuis comme la peste le COVID19, je ne retiens pas leur noms, car je ne les utilisent pas. Et que pour moi, ils n'existent pas...

Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Pas du tout. Le "Free", c'est pour "libre" et non pour "gratuit". Le site de GNU est clair là dessus :
« Logiciel libre » ne veut pas dire « logiciel non commercial ». Au contraire, un programme libre doit être utilisable, développable et distribuable dans un cadre commercial. Cette règle est d'importance primordiale. Sans elle, le logiciel libre ne pourrait pas atteindre son objectif. https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html
Nous sommes complètement d'accord, laisse moi préciser ce que j'entends par bénévolat. Quand un entreprise met à disposition des développeur pour qu'ils puissent contribué à un projet libre, ou fournissent une somme d'argent, il s'agit d'un bénévolat de l'entreprise, certains l’appellerons mécénat. Quand une entreprise dont l'offre tourne autour de l'intégration et le support d'un logiciel libre, qu'il en soit propriétaire ou pas, fournit des améliorations ou des corrections au projet, c'est encore un bénévolat, certain le nommeront partenariat. L'entreprise ne se fait pas payer par la communauté pour ça. Quand un passionné fournit de son temps ou de son code sur le projet, c'est un bénévolat aussi. Souvent les gens restent sur cette dernière catégorie. Un bénévole qu'il soit physique ou moral a des motivations plus ou moins avoués qui peuvent être complètement mercantile. Je ne suis pas contre la présence de société dans les logiciels libres.
1  0 
Avatar de Denliner
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 16:57
Les SaaS constituent un énorme problème pour les logiciel libres car vu que le logiciel n'est pas vraiment distribué ça signifie qu'ils peuvent exploiter les failles de la plupart des licence de logiciel libre (sauf AGPL) et même si l'on utilise une licence prenant en compte les SaaS il est beaucoup plus difficile de prouver qu'ils ont utilisé un logiciel libre pour développer leur plateforme SaaS.
1  0 
Avatar de fmartini
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/02/2021 à 8:26
Citation Envoyé par SimonDecoline

Lesquels par exemple ?
ElasticSearch
1  0 
Avatar de LampeRouge
Membre actif https://www.developpez.com
Le 11/02/2021 à 22:25
Qui dit contribution, dit finances. Donc un service qui va avec, une maintenance etc... Le libre rend libre. C'est sans aucune garantie.... Donc la rémunération demande des exigences. Il y a un choix à faire.
0  0 
Avatar de Paul_Le_Heros
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/02/2021 à 6:50
Envoyé par SimonDecoline
Lesquels par exemple ?
Je crois que QCad/CAM fait partie de la bande, mais je ne suis pas sûr.

J'ai essayé ce logiciel QCad. J'ai voulu contribuer, mais ai finalement payé et comme il n'y a pas de donation possible… Et puis, j'ai tellement souvent rêvé et ce depuis des années, que la nouvelle "release" de OpenOfice/LibreOffice me permettrait enfin de l'utiliser pour dessiner, en autres travaux, sans se trainer ou se planter…

J'étais heureux de contribuer en payant la licence (je trouve cependant que RibbonSoft GmbH n'a pas toujours été honnête en ce qui concerne "sa" version "libre et/ou ouverte"
0  0