L'open source souffre-t-il d'un problème du « travail gratuit » ? Oui
Selon Havoc Pennington

Le , par Bill Fassinou

128PARTAGES

17  0 
Le mouvement open source s’est rapidement développé depuis sa création il y a environ vingt ans. L’open source est aujourd’hui présent dans presque tous les domaines de l’informatique et les entreprises technologiques s’y intéressent de plus en plus. Les solutions open source sont désormais au même rang que les solutions propriétaires dans le paysage des logiciels du secteur public. Les décideurs effectuent d’ailleurs de plus en plus leur choix à partir d’un jugement éclairé, en comparant systématiquement solutions propriétaires et solutions libres.

Par définition, l’open source ou « code source ouvert » est un concept qui s'applique aux logiciels (et s'étend maintenant aux œuvres de l'esprit) dont la licence respecte des critères précisément établis par l'Open Source Initiative, c'est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d'accès au code source et de création de travaux dérivés. Mis à la disposition du grand public, ce code source est généralement le résultat d'une collaboration entre programmeurs. Le mouvement open source s'est constitué sous l'impulsion d'Eric Raymond et s'est développé en opposition au mouvement du logiciel libre qui prône des valeurs philosophiques et politiques de justice, tandis que l'open source se focalise sur des considérations techniques du développement logiciel et ne voit pas de problème à l'utilisation de systèmes intégrés combinant logiciels propriétaires et logiciels open source. Dans la pratique toutefois, une grande majorité des logiciels open source sont également libres.

Ainsi, la différence entre ces différents termes techniques (logiciel open source, logiciel libre et logiciel gratuit) semble difficile à percevoir pour beaucoup dans le monde informatique. Cependant, selon Havoc Pennington, un ingénieur en logiciels libres (ancien ingénieur chez Red Hat) et est maintenant cofondateur de Tidelift, ce qu’il faut éviter de faire, c’est de croire que l’open source est une oeuvre de charité. Lorsqu’on considère l’open source comme tel, dit-il, des problèmes sociaux à la manière de ceux qu’on rencontre dans les stages professionnels (profiter de la main-d’oeuvre gratuitement, un élargissement du fossé de l’inégalité sociale, etc.) naissent très rapidement.


Havoc Pennington

Pour Pennington, une grande majorité des entreprises qui emploient aujourd’hui les solutions open source croient qu’il suffit de faire quelques dons aux développeurs et continuer de profiter de leurs solutions, alors que les logiciels ainsi acquis leur rapportent bien plus. Néanmoins, dit-il, bien que le travail non rémunéré soit un moyen populaire et parfois efficace de devenir un développeur de premier plan bien connu, l'absence de compensation ne nuit pas seulement qu’aux développeurs individuels, mais elle crée également des problèmes sociaux en amplifiant les privilèges existants. En effet, il cherche à faire comprendre que l’open source n’est pas de la charité dans la plupart des cas et qu’il est tout à fait normal que les responsables de l’open source demandent de l’argent pour la valeur fournie. Cela fait deux décennies que ça fait partie des activités d’énormes entreprises rentables. La grande majorité des utilisations et du travail open source se déroule dans un contexte commercial, a-t-il fait remarquer.

Pour aller plus loin, l'expression « open source » s'est largement imposée dans le monde professionnel, mais également dans le milieu universitaire. Ainsi, d'un point de vue économique, la marque open source est une matérialisation d’une nouvelle forme de marché et d'économie. Il s'agit de fournir une approche plus pragmatique des avantages du logiciel libre, en mettant de côté les connotations politique et philosophique, afin de n'en conserver que les avantages sur le plan de l'ingénierie. Le développement de ce marché est porté par les entreprises traditionnelles de l'informatique, mais également par des sociétés de services spécialisées.

Pennington pense que le manque de rémunération des mainteneurs indépendants et des contributeurs fait en sorte que de nombreux projets sur lesquels tout le monde compte ne sont pas bien entretenus et d’autres commencent déjà par être abandonnés. Pour cela, il affirme qu’il existe une limite selon laquelle certains travaux ne doivent tout simplement pas être effectués gratuitement. Par exemple, explique-t-il, il faudrait arrêter de demander aux développeurs ou aux contributeurs de supporter les anciennes versions des logiciels gratuitement.

Il a aussi cité d’autres choses qui ne devrait pas être faites gratuitement telles que les communiqués supplémentaires, l’examen rapide des correctifs et tri des problèmes, la stabilité extrême, etc., et les demandes d’assistance. Dans ce dernier cas, il rapporte que les rapports de bogues sont une chose, mais il n'y a aucune raison pour que les responsables d’un projet open source aient besoin d’accompagner n'importe qui gratuitement. « Vous pouvez créer un forum ou utilisez StackOverflow pour que les personnes se soutiennent mutuellement ou créer et annoncer des options d'assistance payées. Néanmoins, si vous ne voulez pas le faire gratuitement, ne le faites pas ! Rien ne vous y oblige », a déclaré Havoc Pennington.


Comment les communautés peuvent-elles prospérer lorsqu’elles doivent tout faire gratuitement ou lorsque les gros utilisateurs commerciaux ne paient pas pour la valeur ? À l'heure actuelle, explique-t-il, de nombreux utilisateurs s'attendent et exigent, que tout cela soit gratuit. « En tant qu’industrie, il faut s’attendre à cela de la part des utilisateurs, mais il serait également judicieux de fixer des limites », a-t-il souligné. Selon Pennington, ces limites qui ne sont souvent pas fixées sont à la base de beaucoup de frustration de tous les côtés (utilisateurs et développeurs de solution open source).

La plupart du temps, a expliqué Pennington dans son billet, les développeurs se sentent souvent coupables de demander de l'argent pour des raisons telles que : ils aiment réellement le travail qu’ils font, cela ne prend pas beaucoup de temps pour faire une chose, et si quelqu’un me crie dessus ? Cependant, ce qu’ils oublient, c’est que la facturation leur apporte également de la valeur. Pour lui, « même si nous travaillons beaucoup gratuitement, il peut être utile d’avoir un prix catalogue pour définir les attentes ».

Un autre problème qu’il souligne dans son billet, est que quelques fois, même si vous intégrez dans votre fichier “LISEZMOI” des limites pour lesquels vous ne ferez pas de travail gratuit, vous vous retrouvez tout de suite pris entre un certain nombre d’obstacles de la part de la communauté. Par exemple, vous obtiendrez des hurlements de protestation vous traitant de mendiant. Certaines de ces protestations proviendront de développeurs de logiciels très bien rémunérés, qui sont peut-être même rémunérés pour travailler sur l'open source d'une manière ou d'une autre, mais qui croient en même temps que les mainteneurs indépendants ne devraient pas être payés, car l'open source devrait être une œuvre de bienfaisance. Il existe également d’autres obstacles auxquels les développeurs de l’open source sont confrontés.

Havoc Pennington estime qu’il s’agit d’un problème qui mérite d’être abordé, traité et résolu par le monde open source pour les prochaines années. Il pense qu’à l’heure actuelle, l’open source aggrave le problème de la diversité de la technologie. L’open source, déclare-t-il, engendre les problèmes techniques comme le manque de maintenance des projets où de nombreux projets sur lesquels tout le monde compte qui deviennent fantômes ou sous-entretenus et des problèmes de droit comme selon lesquels si vous ne mettez pas une valeur sur votre temps, les gens supposeront que sa valeur est faible ou nulle.

Par la suite, il suggère que la communauté open source doit prendre du temps et réfléchir à quelques questions qui méritent d’avoir des réponses pour que le monde open source puisse bien se porter à l’avenir. Il a énuméré des questions comme : Quelles sont les catégories de travail qui ne doivent pas être rémunérées pour que la communauté open source puissent prospérer ? Comment les projets peuvent-ils clarifier les attentes des utilisateurs et donner aux entreprises un moyen de payer pour la valeur reçue ? Quelles autres catégories de travail doivent être payées pour que les projets open source aient des mainteneurs indépendants avec des revenus fiables ?

Ce que lui et beaucoup d'autres espèrent, c’est qu’il y ait à l'avenir beaucoup de discussions autour du sujet pour permettre à la communauté open source d’avoir un bon encadrement en qui concerne les valeurs économiques des projets open source. Cela permettra, selon lui, d’améliorer la productivité des développeurs, sauver beaucoup de projets et lever un grand nombre d'ambiguïtés qui existent autour de “l’open source”.

Source : Billet de blog

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Êtes-vous de l'avis de Havoc Pennington ? Pourquoi ?

Voir aussi

Logiciel libre et open source : les deux concepts sont parfois utilisés de manière interchangeable, mais quelle est la différence ?

Richard Stallman : « l'open source est un substitut amoral et dépolitisé du mouvement du logiciel libre » qui n'ose pas défendre la liberté

Quelles sont les entreprises qui contribuent le plus aux projets open source ? Microsoft positionné en tête sur GitHub

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 14:40
Ce n'est pas l'open source qui souffre du problème du "travail gratuit" mais bien tous les développeurs qui essayent de gagner leur vie de leur travail!

L'usage des logiciels et des services gratuits (qui n'ont de gratuit que le nom puisque l'utilisateur paie de sa personne) sont tellement devenu courants que plus personne ne conçoit devoir payer lorsqu'il veut disposer d'un logiciel ou d'un système répondant à ses besoins.
11  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 18:29
Qu'est-ce que ces réaction de néophytes.

Les logiciels Open-Source ne sont pas développés gratuitement par des bénévoles, du moins pas les principaux. Le salaire de Linus Torwarld n'est pas minuscule.
Plutôt que de vendre un logiciels à 100 personnes. Je le donne à 10 000 personnes et sur les 10 000, 200 vont me payer pour adapter le logiciel à leur besoin (et 300 vont adapter le logiciel à leur frais et me redonner leur code). Au final, le logiciel est meilleurs, j'ai été payé et il reste gratuit, mieux il est plus intéressant que les payants car il peut-être customisé a moindre frais.

Le logiciel Open-Source souffre parfois de son succès et certains jouent mal (voire pas) le jeu.
7  0 
Avatar de Stérilux
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 19:23
Perso j'aime pas le pognon donc je colle tout en GPL.

Je préfèrerais que le revenu universel soit enfin mis en place et continuer à "fournir" des applications sans rémunération.
6  2 
Avatar de Stérilux
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 22:33
Elle est où la conclusion de cette étude ? parce que de mon coté j'ai vu exactement l'inverse. Au lieu de rester à glander et à profiter certains bénéficiaires ont au contraire investi pour créer leur boite et embaucher. Comme ils n'avaient rien à perdre ils n'ont pas eu peur de se lancer.

Après pour les états unis c'est un peu normal, le revenu universel est le mal incarné et feront tout pour que ça n'aboutisse jamais. Pour les pays nordique je trouve ça plutôt étonnant parce que j'avais lu exactement l'inverse donc les résultats de ton étude m'intéresse au plus haut point.

Qui a commandé cette étude ? qui a réalisé cette étude ? quels ont été les profils sélectionné ? sur quel période ? dans quel contexte ? dans quel environnement ?

Je veux voir l'étude hein, pas tes conclusions ou des interprétations, un truc ou il est possible de confirmer la source et la véracité des dires.
6  2 
Avatar de coolspot
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 20:45
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Le problème c'est qu'en France le travailleur est de base feignant et passe son temps à draguer dans les couloirs ou surfer sur des sites de cul ou jouer au travail.
Vous avez jamais remarqué que dans les MOO le chef de guilde qui joue 15 h par jour son job c'est "ingénieur réseau", ça c'est de la bonne planque, le mec il bosse en vrai une heure par an, s'il y a une panne...
Donc tu es obligé d'embaucher un tas de managers pour faire travailler les bons à rien, et encore en espérant que sur le gros tas de managers il y en aura au moins un de bosseur.
Bref en France c'est la mentalité CGT ou Gilets jaunes quoi.
Toi ta jamais mis les pieds dans le monde du travail en France pour sortir ce genre d'ineptie. Je t'invite à aller dans n'importe quel SSII et tu va voir que des ingé dev y'en a aucun qui se touche la nouille. Ce sont ceux qui travaillent gratuitement parce que leur manager leur mettent une charge de travail irréalisable parce qu'ils ne comprennent strictement rien du tout au métier de développement logiciel.
5  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 18:31
Citation Envoyé par champomy62 Voir le message
Bien trop d'accord avec ces articles ...

Il est temps de re-donner la valeur vis a vis de notre travail!
Le problème c'est surtout qu'en France on paye mal les développeurs et trop les managers... Mais ce n'est pas le cas aux USA. Le travail de développeur est parmi les mieux payés (et qui bénéficie des meilleurs conditions de vie) dans le monde surtout à étude équivalentes.
3  0 
Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 21:37
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Qu'est-ce que ces réaction de néophytes.

Les logiciels Open-Source ne sont pas développés gratuitement par des bénévoles, du moins pas les principaux. Le salaire de Linus Torwarld n'est pas minuscule.
Plutôt que de vendre un logiciels à 100 personnes. Je le donne à 10 000 personnes et sur les 10 000, 200 vont me payer pour adapter le logiciel à leur besoin (et 300 vont adapter le logiciel à leur frais et me redonner leur code). Au final, le logiciel est meilleurs, j'ai été payé et il reste gratuit, mieux il est plus intéressant que les payants car il peut-être customisé a moindre frais.

Le logiciel Open-Source souffre parfois de son succès et certains jouent mal (voire pas) le jeu.
Il y a aussi certains projets Open Source, utilisés par des milliers de projets, et qui sont géré par une seule personne quand il a le temps et financièrement c'est pas ça. T'as eu OpenSSL qui a eu ce problème.
3  0 
Avatar de archqt
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 21:53
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Perso j'aime pas le pognon donc je colle tout en GPL.

Je préfèrerais que le revenu universel soit enfin mis en place et continuer à "fournir" des applications sans rémunération.
Le revenu universel ne marche pas, cela a été testé dans quelques pays du Nord et aussi aux USA. Cela n'a absolument pas créer de richesses...même pire au lieu d'injecter de l'argent dans des sociétés qui aurait pu créer de l'emploi cela a juste permis à quelques personnes de "gagner" un peu plus, MAIS au final les personnes n'ont pas essayé de s'en sortir. Voilà que l'étude indique.
3  6 
Avatar de Markand
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/04/2019 à 8:42
Ce qui est dit est particulièrement vrai, cependant il y a un point qui est manquant et important à mes yeux. Les licences.

J'ai travaillé dans une entreprise - et ce n'est pas la seule - où les gens ne savaient pas ce que sont les licences. On cherchait un outil pour réaliser une tâche et un développeur a proposé « XYZ » en insistant bien sur le fait « on peut l'utiliser c'est gratuit ». Sauf que cet outil était sous licence GPL ainsi qu'une palanquée de bibliothèques GPL qui étaient utilisées. Cette incompétence me fait soupirer car c'est d'ailleurs assez fréquent d'avoir des outils/bibliothèques sous licence GPL ou commercial justement pour aider financièrement le développeur original lorsqu'une entreprise a besoin de l'utiliser de manière privatrice.
3  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/04/2019 à 13:58
L'Open Source c'est une bonne chose quand il s'agit de projets soutenus financièrement par des entreprises (par des dons ou par l'allocation de développeurs eux-même salariés de l'entreprise).
Il s'agit dans ce cas d'une démarche de promotion de l'image de l'entreprise et de ses standards technologiques (c'est toujours mieux d'être à l'origine des standards).

Pour le reste, donner gratuitement de son temps au tout-venant (qui pour certains n'auront aucun scrupule à se faire de l'argent avec le projet Open Source), je ne comprends pas l'intérêt. Ça dévalue à terme le métier des développeurs, c'est même déjà le cas en France avec une mentalité dominante très curieuse où on se plaint des salaires trop bas, mais en même temps on fustige les logiciels "propriétaires".

Bref, on n'est pas couché.
3  1 
Contacter le responsable de la rubrique Libres & Open Source

Partenaire : Hébergement Web